archive | Comptes-rendus RSS pour cette section

Circuit guidé costumé vivement remercié !

Vendredi 17 juillet 2015, le circuit guidé à Sion-sur-l’Océan s’est déroulé dans l’atmosphère balnéaire des années 1950.

15-07-17 Sion 19

17 personnages costumés ont été ainsi mis en scène devant les quelques bâtiments emblématiques de ce patrimoine balnéaire de la station : aussi bien un couple d’estivants descendus à l’hôtel Frédéric où leur fils appelé à la Marine Nationale les a rejoint en permission :P1490989maryvonne 17072015

que des clients du café de la plage servis par Pierre et AnnePierre et Anneou Denise15-07-17 Sion 04

Les pêcheurs de Sion n’ont pas été oubliés avec leur haveneau ou leur « gorboïe » (panier à coquillages).15-07-17 Sion 08

D’autres estivantes tout juste descendues du petit train ou des « baigneuses » et leurs jeux de raquettes gagnant la baie de Sion depuis le « chalet » balnéaire de leurs parents complétaient le tableau :

liliane 17072015  nathalie 17072015  noella 17072015

Les vacanciers, les hilairois et les figurants eux-mêmes ont apprécié cette « anim.à’Sion » qui leur a permis de se transporter dans un autre temps !

15-07-17 Sion 16

Nous remercions la costumière professionnelle et toutes les personnes dont les figurants qui ont aidé le collectif à reconstituer les tenues avec leurs accessoires.

RDV est pris pour les prochaines journées du Patrimoine

les 19 et 20 septembre 2015

avec d’autres surprises …

Promenade découverte appréciée !

Bravant un temps plutôt maussade, une quinzaine de personnes a participé à notre promenade découverte du dimanche 26 avril 2015.

Grâce à la mémoire partagée de tous, ce fut l’occasion de revivre l’époque des bains de mer à Sion devant les bâtiments encore préservés.

L’initiative du Collectif a été appréciée et encouragée, tout en soulignant qu’une protection ou mise en valeur de ce patrimoine bâti ne peut se concevoir :

  • sans une réelle volonté de la municipalité     et
  • sans une étroite collaboration municipalité-propriétaires lorsqu’il s’agit de bâtiments privés.

Vous trouverez ci-après l’article Ouest France paru le 5 mai 2015 :

OF 5 mai 2015 circuit guidé à Sion

Prochaine promenade découverte prévue le vendredi 17 juillet 2015

départ à 15H de « la Maison pour tous »

La première mission que revendique le Collectif est de faire connaitre le patrimoine balnéaire de Sion-sur-l’Océan mais il entend également agir par tous les moyens pour sa protection.

Le Collectif demande notamment à la Municipalité :

  • d’exercer ses devoirs dans ce domaine de la protection du patrimoine commun, bâti et paysager,
  • de considérer l’urgence qu’il y a à intervenir,
  • de  coopérer avec le collectif constitué de citoyens pour la plupart directement concernés par ce patrimoine

Résultats du référendum

  • Participation de 49,60% (5009 votants pour 10098 inscrits): il manque 40 voix pour que le résultat du référendum soit pris en compte !

C’est au Conseil Municipal de décider de poursuivre ou non ce projet : nous savons que la majorité y est favorable !

  • Les Oui obtiennent 2489 voix / les Non 2386 voix, soit 203 voix d’écart.

Ce faible écart montre que l’opinion des Hilairois se partage équitablement entre « favorable » et « hostile » au projet !

Nous sommes donc en droit de nous demander : »Est-ce le rôle d’un Maire de diviser la population ? »

Il reste cependant des étapes à franchir pour ce projet :

  • le passage en commission des Sites en novembre,
  • les 2 enquêtes publiques pour la modification du Plan Local d’Urbanisme d’une part et la demande de concession sur le domaine public maritime pour prise d’eau et rejet d’autre part,
  • l’acceptation du permis de construire avant le 1er avril 2015.

Nous ne manquerons pas de vous informer des suites du projet.

Restons MOBILISES et participons aux enquêtes publiques !

Notre Collectif continue ses actions plus générales de défense du patrimoine balnéaire de Sion-sur-l’Océan.

Vif succès aux journées du Patrimoine !

40 et 30, ce sont respectivement le nombre de personnes qui ont assisté au circuit guidé du samedi 20 et du dimanche 21 septembre !

Cette nouvelle animation à Saint-Hilaire-de-Riez à l’occasion des journées européennes du patrimoine a plu aux participants qui nous ont vivement remerciés pour la qualité de notre travail fondé sur des documents d’archives, sur les cahiers de Rié, sur des témoignages, … Nous avons aussi bénéficié de l’expertise de Johan Vincent, historien très qualifié dans ce type d’intervention.

Les participants ont apprécié la possibilité de revivre l’époque des bains de mer en comparant sur place les cartes postales anciennes et le bâti actuel, témoin de cette vie balnéaire importante.

??????????????????????

Certains commentaires furent ponctués  d’anecdotes et  de témoignages très intéressants de la part des participants.

En fin de circuit, nous avons invité les participants à méditer sur la définition du « patrimoine »ou plutôt à répondre à la question

« Quel témoignage de la station balnéaire de Sion voulons-nous et pouvons-nous transmettre à nos enfants ? »

???????????????????????????????En évoquant la récente destruction de la villa « Au soleil couchant » pour construire 2 immeubles avenue de la Corniche, nous avons rappelé :

les deux manières de sauvegarder le patrimoine balnéaire bâti de Saint-Hilaire-de-Riez :

  1. Constituer une ou plusieurs zones de protection AVAP (Aire de Valorisation de l’Architecture et du Patrimoine) autour des bâtiments remarquables, ce qui n’a jamais existé sur la commune contrairement à celle de Saint-Gilles-Croix-de-Vie où plusieurs zones existent dont celle de la corniche de Boisvinet ; toute modification des bâtiments compris dans cette AVAP est assujettie  à la décision de l’Architecte des Bâtiments de France (ABF),
  2. Repérer les bâtiments faisant partie du patrimoine d’intérêt local et les inscrire à l’annexe loi paysage du Plan Local d’Urbanisme, dans ce cas la modification des bâtiments est soumise à la seule approbation de la commission urbanisme de la commune.

L’une ou l’autre de ces 2 solutions de protection découlant d’une volonté municipale, permet de solliciter l’intervention (gratuite) de l’Architecte des Bâtiments de France et de demander une subvention à la Fondation du patrimoine ou à d’autres établissements publics ou privés.

Lettres ouvertes à M. le Préfet de Vendée

Même si cette lettre date du 18 mars 2014, sa publication reste d’actualité : en effet, le référendum proposé aux hilairois le 12 octobre prochain est directement lié à la délibération municipale du 12 mars 2014 qui a autorisé la signature du compromis de vente des terrains communaux de l’îlot Jeanne d’Arc engageant la commune (et donc tous ses citoyens !) dans une affaire où ces derniers n’ont pas pu s’exprimer démocratiquement.

lettre1 au préfet

N’ayant pas eu de réponse de la part de M. le Préfet, le collectif de citoyens a adressé de nouveau, le 14 août 2014, une lettre insistant sur l’article 7 de la Charte de l’environnement annexée à la déclaration des droits de l’Homme depuis 2005 qui stipule que

« toute personne a le droit de participer à l’élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l’environnement. »

lettre 2 au préfet

Nous attendons une réponse écrite de M. le Préfet.

Comme l’a fait remarquer un participant à la réunion du 3 juillet 2014,

Ce grand projet nous est imposé et le référendum faisant référence à un engagement déjà pris sans démocratie participative  n’a plus sa raison d’être !

Echanges passionnés à propos de Sion !

La rencontre du 25 juillet 2014 a permis des échanges d’opinions variées provenant :

  • d’ Hilairois d’origine ou installés,
  • de résidents secondaires,
  • de vacanciers habituels,
  • même des descendants des anciens propriétaires des villas La Clarté (ancienne bibliothèque de plage), Elisabeth et Ker Emile vouées à la destruction. Ces derniers viennent à Sion depuis plus de 50 ans : ils ont vu pendant 30 ans la dégradation des biens familiaux vendus à la Ville en 1984, alors que leurs grands parents s’étaient efforcés de les entretenir pendant 56 ans !

Un premier débat à propos de l’intérêt de sauvegarder le patrimoine bâti balnéaire de Sion a opposé une adepte de l’architecture moderne à plusieurs propriétaires ayant acquis des biens anciens sur la commune et s’étant attachés à les rénover.

Ensuite, alors que le projet immobilier-thalasso était sur la plupart des bouches, nous avons tenu à recadrer les propos sur les avis que chacun a sur la station balnéaire de Sion d’hier, d’aujourd’hui et de demain. La plupart s’accorde à dire que Sion se meurt en dehors de la saison mais qu’un nouvel aménagement ne doit pas effacer le caractère familial et authentique de la station.

Vous trouverez retranscrit dans l’article Ouest France du 27 juillet, une partie des témoignages publics :

OF rencontre du 25 juillet 2014 2

D’autres prises de paroles que nous avons filmées seront mises en ligne prochainement.

Quant aux témoignages recueillis par écrit sur notre livre d’or, les voici :

livre d'or 25 juillet

Le Collectif est satisfait de cette rencontre qui a réuni un public très varié, la fin juillet avait été choisie pour permettre la présence de nombreux résidents secondaires.

Dans un souci de démocratie, M. le Maire aurait pu organiser ce genre de consultation qu’il souhaitait à propos du projet immobilier-thalasso sur l’îlot Jeanne d’Arc.

En guise de conclusion, nous publions le message qu’un participant a écrit à l’attention de M. le Maire sur une carte postale de Sion, lui demandant l’organisation de « groupes de travail citoyen » sur le devenir de la station balnéaire. Cette carte a été remise à M .le Maire par nos soins.

carte postale Maire 25072014 rectocarte postale Maire 25072014 verso

Entrevue avec M. le Maire

Nous remercions M. le Maire de nous avoir reçu le 8 juillet 2014 en compagnie de la conseillère déléguée au Patrimoine, Mme Marie-Alice Cloarec.

Ce fut l’occasion d’éclaircir certains points du projet de thalasso Serge Blanco mais aussi de parler de la mise en valeur du patrimoine balnéaire de Sion-sur-l’Océan.

  • A propos du projet de thalasso :

Aspects financiers :

A notre question « pourquoi n’avez-vous pas déduit du produit de la vente du terrain, la somme de 770 000€ correspondant au prix de rachat par la ville du futur bâtiment de la Livarde ? », le Maire nous a répondu « Que le projet se fasse ou non, il faudra un nouveau local pour la Livarde » ; oui mais le prix de ce nouveau bâtiment ne sera pas 770 000€ mais 400 000€ pour une surface approximative de 400 m² sur un terrain qui appartient déjà à la commune !

De même concernant la déduction du coût des infrastructures (voirie, réseaux, …) revenant à la ville pour accueillir cet imposant bâtiment, le Maire nous répond que « les infrastructures sont à rénover à Sion, que le projet se fasse ou non ! »

Par contre, les frais d’avocats, de communication, de sécurisation du site, … que la ville a déjà déboursés et va encore débourser n’ont pas été évalués.

Quant à l’utilité de la prime d’intéressement de 450 000 € que la ville s’est engagée à verser au porteur du projet à la fin des travaux le 31 décembre 2016, le maire nous répond qu’ « il y a très peu de chance que le promoteur finisse dans ce délai, ce qui veut dire que nous n’aurons pas à payer cette prime »

Aspect emplois

Par rapport à notre doute sur le nombre d’emplois annoncés comparativement aux emplois existants à la thalasso de Saint-Jean-de-Monts 2 fois plus grande, le Maire nous répond qu' »il faut ajouter les emplois dans les restaurants, bars du futur établissement ».

  • A propos du patrimoine balnéaire de Sion-sur-l’Océan

A notre question « Pourrait-il y avoir un lieu dans le bourg de Sion-sur-l’Océan où ce patrimoine balnéaire serait représenté ? En effet l’association La Livarde possède un fond documentaire très important sur ce patrimoine mais elle a ni l’objet, ni le lieu appropriés pour l’exposer ! », le Maire nous répond que « le seul endroit possible sera dans le futur bâtiment de la Livarde » et que nous devons voir avec cette association. Des contacts que nous ne manquerons pas de poursuivre …

Puis nous demandons « pourquoi faut-il détruire les locaux de la Livarde (déjà en cours de rénovation) et la villa La Clarté (ancienne bibliothèque de plage jusqu’à cette saison) plutôt que les rénover et garder les façades ? » A cela, le Maire nous répond : « C’est effectivement dommage de les détruire mais la ville n’a pas d’argent pour restaurer ces villas, c’est trop cher de les rénover et de les transformer pour accueillir du public : autant faire du neuf ! »

A cela nous suggérons que la Ville peut obtenir une aide de la Fédération du Patrimoine, trouver des mécènes par l’intermédiaire de la Fondation du Patrimoine et organiser des chantiers collectifs de restauration, créateurs d’emplois …

Nous avons tenu à rappeler que l’îlot Jeanne d’Arc a toujours fait partie du bourg de Sion et que son aménagement ne peut pas se concevoir indépendamment du reste du bourg.

Echanges « tronqués » à la réunion publique Thalasso

Nous remercions M. le Maire d’avoir organisé cette réunion où le public a pu poser quelques questions après la présentation purement commerciale du projet (qui n’a d’ailleurs pas été modifié par rapport à la version du 18 septembre 2013).

Les porteurs du projet n’ont pas changé : il s’agit toujours d’une franchise Serge Blanco pour la thalasso mais l’exploitant n’a toujours pas été trouvé.

Nous avons été particulièrement choqués par le ton méprisant de l’animatrice et des porteurs de projet lors des questions posés par le public et aimerions revenir sur certaines réponses qui ont été mensongères.

Aspects financiers :

Tout d’abord, nous trouvons tout-à-fait inadmissible de ne pas avoir déduit des produits de la vente du terrain :

  1. la somme* de 770 000€ correspondant au prix de rachat par la ville du futur bâtiment de la Livarde d’une superficie de 400 m² (plan non encore défini, prix exorbitant déjà fixé !),
  2. le coût des infrastructures (voirie, réseaux, …) revenant à la ville pour accueillir cet imposant bâtiment,
  3. les frais d’avocats, de communication, de sécurisation du site, … que la ville a déjà déboursés et va encore débourser.

*Omettre une telle somme actée est un manque de transparence dans la gestion de l’argent public de la commune !

Quant à la prime d’intéressement de 450 000 € que la ville s’est engagée à verser au porteur du projet à la fin des travaux le 31 décembre 2016 : pourquoi indemniser un promoteur qui réalise son travail dans les temps ? Ne serait-ce pas une façon déguisée de lui rembourser ses frais d’études ?

Aspect thalasso :

Serge Blanco compare ce projet à celui d’Hendaye : le contexte économique est complètement différent, Hendaye était en pleine expansion alors que Sion a besoin d’être redynamisé, d’autre part son projet a pris place sur une zone artisanale vide et non en pleine bourgade.

A l’interrogation suscitée par la quinzaine de thalassos en vente aujourd’hui, il nous a été répondu qu’elles sont obsolètes et ont besoin de rénovation. L’exemple de Saint-Jean-de-Monts tout proche où 3 millions viennent d’être investis pour la rénovation n’a cependant pas été évoqué. Dans cette thalasso de 4500 m² de surface de soins (soit 2 fois plus grande que celle envisagée de 1886 m² à Sion), travaillent 39 employés en CDI équivalent temps plein.

Comment ne pas douter des 80 emplois annoncés à Sion !

Serge Blanco nous parle ensuite de concept thalasso ou balnéo « révolutionnaire » qu’il est en train de mettre en place à Lege-Cap Ferret (Gironde) ou à La Clusaz ou à Courchevel : les environnements sont là encore très différents du territoire de Sion et place la cible de clientèle au niveau 3* ; nous n’avons pas eu le temps de le questionner sur l’offre hilairoise qu’il dit avoir prévue.

Aspect intégration au territoire :

Même si les porteurs du projet se plaisent à le répéter, le bâtiment envisagé ne s’intègre pas du tout au territoire, le long de l’avenue de la forêt en vis-à-vis du futur projet, n’existent que des constructions basses. La densité d’urbanisation va être fondamentalement modifiée passant d’un îlot de petites constructions datant de plus de 70 ans à un bâtiment de 15,5 m de haut sur une emprise au sol de 3000 m² dans un Espace Proche du Rivage : est-ce compatible avec la loi littoral et le règlement du PLU ?

Il est clair que les investisseurs ont jeté leur dévolu sur l’emplacement exceptionnel de la baie de Sion pour réaliser un complexe hôtelier dont la taille a été calculée pour satisfaire un ratio de rentabilité. Peu importe l’environnement alentour et l’histoire du lieu, pourvu que ce ratio soit atteint et que ce projet contribue à l’image de la Vendée !

D’ailleurs, l’architecte aurait pu apprendre le nom des rues qui bordent son futur projet, la rue de la Mer n’existe pas à Sion, il s’agit de la rue de l’Océan !

Lors de cette réunion, Laurent Boudelier a quand même annoncé l’organisation d’un référendum avant la fin de l’année 2014 pour les seuls électeurs de Saint-Hilaire-de-Riez : quel en sera la question ?

Jusque là, nous ne manquerons pas de vous informer des réponses aux questions que nous n’avons pas pu poser lors de cette réunion tendue et minutée !

7/6 – rassemblement réussi

La manifestation a vu le regroupement de notre Collectif avec l’association « Saint Hilaire l’Océan2020 ».

Toutes générations confondues, nous étions plus d’une centaine, scandant  « Projet immobilier Non Non Non , projet alternatif Oui Oui Oui »

le défilé est formé

La finalité de cette action était de demander à M le Maire de Saint-Hilaire-de-Riez, Laurent Boudelier, de se tourner rapidement vers un projet plus respectueux de la station balnéaire de Sion.

Dans une ambiance bon enfant, départ des manifestants devant la bibliothèque de plage, passage devant la Livarde *, défilé sur la Promenade de la Mer, puis arrêt devant l’office de tourisme où se trouvait M le Maire à l’occasion d’un vernissage. Celui-ci n’a pas souhaité nous parler, bien qu’il accepte de nous rencontrer.

* Association de conservation du patrimoine maritime qui a toujours son activité dans l’îlot

Le Collectif vous remercie à nouveau de votre participation active.

Le Collectif agira pour que le patrimoine balnéaire de Sion soit reconnu et mis en valeur à Saint-Hilaire-de-Riez.

Si vous désirez nous aider, merci de poster un commentaire en précisant votre souhait,

– soit : participer aux réunions de préparation des actions (idées, aide matérielle, …)

– soit : participer à l’alimentation du blog (mémoire ou documents histoire balnéaire)